Vos questions sont entre de bonnes mains

Frais de notaire 

Partager
Envoyer par email
Frais de notaire

Ce qu'on appelle « frais de notaire » sont en réalité des « frais d'acquisition » dus lors d'une transaction immobilière.

Les frais de notaire sont un abus de langage puisqu'ils sont surtout composés de taxes qui reviennent à l'État et non au notaire. On les appelle frais de notaire, car on les paye au notaire qui les reverse à l'État (ils sont de l'ordre de 7,7 % du prix de vente, à la charge de l'acheteur).

Il n'y a pas de pourcentage des frais de notaire déterminé pour toute transaction. Il est variable selon le montant de votre achat : plus ce montant est bas, plus les frais sont élevés en pourcentage, inversement, plus le montant de l'acquisition est fort, plus ces frais sont proportionnellement bas.

À savoir : le notaire demande, en fait, une provision sur la base d'un calcul prévisionnel. Le montant définitif des frais de notaire fait l'objet d'une facture après enregistrement de l'acte notarié au service des hypothèques (avec régularisation en sus ou en moins de cette provision).


Calculatrice frais de notaire

Frais de notaire = 1,9 % d'honoraires et 5,8 % de taxes

Les frais de notaire sont composés de :

  • Honoraires et débours du notaire : autour de 1,9 % du montant du bien.
  • Pour les logements anciens : 5,8 % ou 5,09 % (selon les départements) de droits d'enregistrement ou droits de mutation.

Pour les logements neufs, le client doit aussi s'acquitter de la TVA de 20 %, qu'il paye avec le prix au vendeur du logement. Dans ce cas, il n'y a pas de droits d'enregistrement, mais une taxe de publicité foncière, d'un montant moindre. Les frais de notaire se situent alors entre 2 et 3 %.

En cas de prêt garanti par une hypothèque, il faut également ajouter environ 2 % du montant emprunté.

À savoir : la commission éventuelle de l'agence immobilière n'entre pas dans le montant du bien. Vous ne payerez pas de frais de notaire dessus.

Trouvez votre crédit immobilier

Les frais de notaire sont à la charge de l'acheteur

Les frais de notaire sont par défaut à la charge de l'acheteur, sauf lorsque le prix négocié par l'acheteur est « acte en mains » ou « contrat en mains ».

Toutefois, si la vente concerne un bien hypothéqué, le notaire devra radier l'inscription de cette hypothèque. Cet acte de mainlevée sera alors à la charge du vendeur et non de l'acheteur.

Il en coûtera environ 0,5 % du montant du prêt.

Les honoraires de notaire sont réglementés, pas faciles à négocier...

Les « frais de notaire » ou frais d'acquisition sont, par définition, versés au notaire et comprennent plusieurs éléments distincts :

  • Les droits d'enregistrement et la taxe de publicité foncière. Ce sont des taxes donc non négociables.
  • Les débours. Ce sont les frais engagés par le notaire, et qui devront lui être remboursés (vérifiez ce que vous pouvez faire vous-même sans le déléguer au notaire : ce sera autant de moins à lui verser).
  • Les honoraires et émoluments. C'est la rémunération du notaire, et elle est soumise à la TVA de 20 %. Les honoraires sont, pour la plupart, réglementés, mais négociables à la marge :
    • Les honoraires dus à la « négociation » sont toujours négociables (article 11 du décret n° 78-262 du 8 mars 1978 portant fixation du tarif des notaires). Le tarif officiel (5 % HT de la valeur du bien pour la tranche inférieure à 45 735 €, et 2,5 % HT au-delà) est un maximum et non une obligation.
    • La tranche qui dépasse les 80 000 € est entièrement négociable.

À savoir : dans des circonstances exceptionnelles et avec l'autorisation de la Chambre des notaires dont il relève, le notaire peut consentir une réduction sur ses émoluments proportionnels même si ceux-ci sont inférieurs à 80 000 €.

Les honoraires dus au service de conseil juridique sont également négociables.

Dans le cas où deux notaires interviennent (celui de l'acheteur et celui du vendeur), ils se répartissent entre eux la rémunération et il n'y a donc pas de doublement des frais de notaire pour l'acheteur.

Réduire les frais de notaire, une astuce

Si vous achetez un bien immobilier qui comporte une cuisine ou une salle de bain équipée, des stores, ou encore si l'ancien propriétaire laisse des meubles, estimez leur montant et sortez-les du montant de l'achat du bien immobilier. Attention toutefois, il faut pouvoir justifier de la valeur de ce mobilier et rester dans la limite de 5 % du prix de vente.

À noter : est considéré comme mobilier « tout ce qui n'est pas fixé à l'immeuble ».

Exemple : vous achetez un bien de 200 000 € avec une cuisine équipée. Dans l'acte de vente, demandez au notaire d'inscrire l'achat d'un bien immobilier pour 190 000 €, et d'un bien mobilier (la cuisine par exemple) pour 10 000 €. Vous ne paierez les frais de notaire que sur les 190 000 €.

Détail du calcul des frais de notaire

Émoluments : autour de 1,9 % TTC

Les émoluments sont calculés à partir d'un barème régressif, précisément réglementé.

Le prix de vente du bien immobilier est découpé en tranches. Pour chaque tranche, le notaire touche une rémunération différente.

À cela, il convient d'ajouter 20 % de TVA.

Barème :

TRANCHES TAUX D'HONORAIRES
de 0 à 6 500 € 4,00 %
de 6 500 à 17 000 € 1,65 %
de 17 000 à 60 000 € 1,10 %
Au-dessus de 60 000 € 0,825 %

Exemple : pour une maison achetée 150 000 €, les émoluments sont de 1 972 € TTC.

CALCUL EFFECTUÉ HONORAIRES
6 500 × 4 % 260,00 €
(17 000 - 6 500) × 1,65 % 173,25 €
(60 000 17 000) × 1,1 % 473,00 €
(150 000 60 000) × 0,825 % 742,50 €
TOTAL HT 1 648,75 €
TVA À 20 % 329,75 €
TOTAL TTC 1 978,50 €

Attention : si l'acquisition se fait à l'aide d'un prêt établi par notaire, il perçoit également des émoluments sur cet acte.

Émoluments de formalités : de 600 à 800 € TTC

Le notaire perçoit des émoluments pour certaines formalités obligatoires : extraits de cadastre, contribution de sécurité immobilière, état des hypothèques, certificat sur le taux d'amiante ou de plomb, timbres et frais d'expédition...

Ces émoluments sont tarifés à l'unité de valeur (UV).

Exemples :

  • Forfait pour les actes destinés à être publiés au service de publicité foncière : 90 UV = 419,80 € TTC.
  • Purge du droit de préemption auprès de la mairie : 10 UV = 46,64 € TTC.

Frais et débours : de 200 à 400 €

Les frais avancés par le notaire pour la transaction lui sont remboursés. On parle également de « débours » ou de « déboursés ».

Ils comprennent notamment la recherche de pièces administratives, les démarches auprès du syndic de copropriété ou encore l'intervention éventuelle d'un géomètre-expert.

Droits d'enregistrement pour un logement ancien ou un terrain à bâtir (hors champ d'application de la TVA) : 5,09 % ou 5,81 % du prix de vente

Un logement est considéré comme ancien lorsqu'il s'agit soit d'une habitation construite depuis plus de 5 ans, soit d'une habitation construite il y a moins de 5 ans, mais qui a déjà été vendue au moins une fois à un particulier.

Un terrain à bâtir est soumis à ce même régime, lorsqu'il est vendu à un particulier exclusivement (et non un professionnel de l'immobilier).

Les taxes sont appelées « droits d'enregistrement » ou « droits de mutation ».

NB : Elles portent sur le prix de vente, en y ajoutant les charges augmentatives du prix de vente, telles que la taxe foncière payée par le nouvel acquéreur ou encore le montant estimé des travaux prévus dans l'habitation.

Le montant des droits d'enregistrement varie selon les départements de situation du bien (5,09 % ou 5,81 %) et se décompose de la manière suivante :

  • la taxe départementale : au taux de 3,80 % (qui peut être portée à 4,5 % par les conseils généraux) ;
  • la taxe communale au taux de 1,20 % ;
  • un prélèvement au profit de l'État au taux de 2,37 % se calculant sur le montant de la taxe départementale.

Exemple : pour une maison achetée 150 000 € dans un département où le conseil général a voté l'augmentation des droits d'enregistrement, ces derniers s'élèvent désormais à 8 710 € (au lieu de 7 635 € avant le 1er mars 2014).

TAXES TAUX MONTANT
Taxe départementale 4,50 % 6 750,00 €
Taxe communale 1,20 % 1 800,00 €
Taxe au profit de l'État 2,37 % de la taxe départementale 160,00 €
Total charges 5,81 % 8 710,00 €

À noter : le 1er mars 2014, 94 départements (sur 101) ont pris la décision d'augmenter les droits d'enregistrement les faisant passer de 5,09 % à 5,81 % du prix de vente. Les 7 départements (Paris, l'Indre, l'Isère, la Mayenne, le Morbihan, la Martinique et Mayotte) qui ont maintenu les droits d'enregistrement à 5,09 % ont jusqu'au 30 novembre 2015 pour décider de leur augmentation (cette augmentation s'appliquera aux ventes à compter du 1er janvier 2016).

Attention : si la hausse des droits de mutation fait augmenter les frais de notaire, la rémunération du notaire quant à elle n'augmente pas.

Paiement de la contribution de sécurité immobilière : 0,1 %

À savoir : la contribution de sécurité immobilière remplace depuis 2013 le salaire du conservateur des hypothèques.

Elle est due à l'État pour l'accomplissement des formalités d'enregistrement et de publicité foncière, ce qu'on appelle la formalité fusionnée. Les notaires en assurent le recouvrement qui représente 0,1 % du prix du bien, avec un minimum de 15 €.

Exemple : pour une maison achetée 150 000 €, le paiement de la contribution de sécurité immobilière s'élève à 150 €.

Frais de notaire en cas d'emprunt garanti par une hypothèque

Le crédit immobilier peut être garanti par :

  • une hypothèque ou un privilège de prêteur de deniers, établi devant notaire ;
  • une caution (bancaire).

Le privilège de prêteur de deniers ne peut garantir qu'un crédit destiné à l'achat d'un terrain ou d'un logement déjà construit. Il faut recourir à l'hypothèque dans le cadre d'un financement d'un bien neuf ou pour des travaux de construction.

Dans le cas d'une garantie par hypothèque ou privilège de prêteur de deniers, vous payerez des frais de notaire proportionnels au montant du prêt garanti. La garantie vous coûtera :

  • entre 1 et 2 % du montant du crédit pour une hypothèque ;
  • entre 0,5 et 1 % du montant du crédit pour un privilège de prêteur de deniers.

À savoir : le privilège de prêteur de deniers est moins cher qu'une hypothèque, car il n'implique pas de frais d'enregistrement ni de taxe de publicité foncière.

Pour un logement neuf : il faut payer la taxe de publicité foncière de 0,715 %

Un logement est considéré comme neuf, d'un point de vue fiscal, lorsque ces deux conditions cumulatives sont réunies :

  • il s'agit d'une habitation construite depuis moins de 5 ans ;
  • elle n'a pas encore été revendue à quiconque (autrement dit, la TVA n'a encore jamais été payée).

Les frais de notaire se décomposent de la manière suivante :

  • la taxe de publicité foncière au taux de 0,715 % (0,71498 % exactement) calculée sur le prix hors taxe ;
  • la rémunération du notaire calculée sur le prix TTC et selon le même barème que pour l'ancien ;
  • les émoluments de formalités et les frais divers (sensiblement identiques à ceux de l'ancien) ;
  • la contribution de sécurité immobilière fixée au taux proportionnel de 0,1 % du prix de vente ;

La TVA de 20 % est incluse dans le prix payé par l'acheteur au vendeur et ne transite pas par le notaire.

À savoir : avant le 31 décembre 2012, la première revente par un particulier d'un immeuble acquis sur plan et achevé depuis moins de 5 ans entrait dans le champ d'application de la TVA et permettait à l'acquéreur de bénéficier des frais de notaire réduits. La loi de finances pour 2013 a définitivement aboli cette règle. Désormais, dans le cadre de ventes de biens récents, entre non-assujettis à la TVA, l'acheteur doit s'acquitter des frais de notaire dans l'ancien.

Nous pouvons si vous le souhaitez, vous mettre en relation avec un ou plusieurs spécialistes du crédit immobilier. Ils pourront vous proposer un devis gratuit et sans engagement.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
aurore l

agent d'etat civil | mairie

Expert

eric sniter

ingénieur patrimonial - courtier en crédit | forward ingénierie

Expert

alain m.

ancien cadre sup de la direction gle des impôts

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Vous avez un projet immobilier ?

Ne perdez plus votre temps !

Trouvez votre prêt immobilier en quelques clics.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.